Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 14:52
Quelques chiffres

Durant notre vie de femme, nous avons nos règles pendant environ 35 ans.
Sachant qu'une protection périodique coûte en moyenne 0.30€ l'unité et que nous en utilisons entre 10000 et 15000, le calcul est simple. Nous dépensons donc entre 3000 et 4500€ pour subvenir à nos besoins féminins (source : easycup.fr).

Secrets de fabrication

Savez-vous comment sont fabriquées ces protections périodiques ? Avez-vous déjà trouvé sur une boîte la liste des composants ? Je parie que non, cela frise le secret défense ! 
"Les marques de tampons, serviettes et protèges-slips, les plus connues en France et dans le monde sont composées essentiellement de fibres artificielles comme la rayonne et la cellulose synthétique. De plus pour améliorer leurs capacités absorbantes elles contiennent pour la plupart une poudre polymérisée issue de la transformation de produits pétroliers." (source : unyque.fr) Charmant non ?
Je ne rentrerai pas dans les détails des soucis liés à l'élimination de ces déchets, mais si cela vous intéresse n'hésitez pas à aller faire un tour par .


La question est : peut-on se passer de ces protections périodiques ? La réponse est oui ! Laissez-moi vous présenter une alternative.

La coupe menstruelle

coupelles_menstruelles1.jpg
La coupe menstruelle, en forme de cloche est fabriqué en silicone médical ou en TPE.
Elle se place dans le vagin et recueille le sang des règles.
Il faut la stériliser en début de cycle et on peut la porter, suivant le flux, jusqu'à 12 heures. Ensuite on la vide, on la rince et on peut la repositionner.
Rien de plus simple en théorie.
En pratique il faut souvent un petit temps d'adaptation afin de maîtriser les pliages, insertions et retraits mais rien d'insurmontable.


En images
Pourquoi choisir la coupe menstruelle ?

Comme le montre la vidéo, cet objet est bénéfique pour notre santé, notre prote-monnaie et pour la planète alors pourquoi s'en priver ?


Bénéfique pour notre santé car à l'inverse des tampons et des serviette, la coupe menstruelle n'est pas absorbante. Elle respecte donc l'équilibre de notre flore vaginale. Bénéfique pour notre santé aussi grâce au choix des matériaux. Le risque d'allergies avec le silicone et le TPE est relativement moindre. De plus le syndrome du choc toxique (SCT) n'a jamais été associé aux coupes menstruelles.


Bénéfique pour notre porte-monnaie car une coupelle menstruelle coûte entre 15 et 40€ suivant les marques et peut durer jusqu'à 10 ans. Elle est donc vite rentabilisée !


Bénéfique pour la planète car fini les poubelles souillées !

EasyCup

Si vous voulez des informations complémentaires sur les coupes menstruelles je vous invite à aller faire un tour sur EasyCup c'est LE site français de référence. Des outils sont à votre disposition pour vous aider à faire votre choix dans la grande famille des coupes.
Si vous avez besoin de conseils les cuppeuses du forum se feront un plaisir de vous aider.
Et vous pouvez même nous retrouver sur Facebook où j'anime la page.

Prêtes à bousculer vos habitudes ?

Alors ? Que pensez-vous de cette alternative ? Si vous avez des questions, n'hésitez pas, je me ferai un plaisir de vous répondre !

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 18:16

Après avoir présenté les différents types de DIU et leurs caractéristiques (article ici), nous allons maintenant nous attarder sur la pose.

Une visite préalable

Lors de cette première visite le médecin  s'enquiert de vos antécédents et est présent pour répondre à toutes les questions que vous pourriez vous poser. Ensuite, la visite se poursuit par un examen gynécologique classique afin de vérifier qu'il n'y ait pas de contre indication à la pose du DIU. Si tout est parfait, le médecin vous fait une ordonnance pour aller chercher le DIU. Il n'y a plus qu'à prendre rendez-vous, à la fin des règles, pour la pose en elle-même.

La boîte et son contenu

short-interieur
Ici, nous avons le contenu de la boîte du UT 380 short. C'est un DIU en cuivre court, un modèle conçut pour les femmes n'ayant jamais accouché.
A l'intérieur il y a :
- un hystéromètre. C'est une tige qui sert à mesurer la profondeur de l'utérus.
- le DIU en lui même. Celui-ci mesure 3 centimètres de long sur 3 de large.
- un tube inserteur et un poussoir qui servent d'applicateur, comme un tampon.

La pose

Elle se déroule en plusieurs étapes :
- une fois allongée, le médecin insère le spéculum dans le vagin et à l'aide d'un petit coton, passe de la bétadine sur le col de l'utérus.
- puis, à l'aide d'une pince, il saisit le col afin de le maintenir lors de l'insertion du DIU.
- le médecin mesure ensuite la profondeur de l'utérus avec l'hystéromètre.
- une fois fait, il replie le DIU dans son tube inserteur et peut procéder à la pose. Tout en maintenant le col de l'utérus, le médecin insère le tube jusqu'à la profondeur voulue. Ensuite, il n'y a plus qu'à pousser le DIU afin qu'il se déplie.
- pour finir, le médecin retire le tube inserteur et il ne lui reste qu'à couper les fils à 2 centimètres environ.
Tout cela est très rapide et ne prend que quelques minutes.

Est-ce douloureux ?

Cela peut être variable suivant les femmes. Chez une femme ayant déjà accouché, le col de l'utérus est plus malléable. La gène lors de la pose sera alors minime. Chez les femmes n'ayant jamais eu d'enfant ou ayant accouché par césarienne, la pose peut être douloureuse car le col de l'utérus y est plus sensible. La pose peut aussi provoquer des contractions de l'utérus ressemblant à des douleurs de règles. Ces désagréments peuvent être prévenus par la prise, une heure avant la pose, d'un antalgique contenant de l'ibuprofène.

Contrôle du DIU

S'il ne peut vous la faire sur place, le médecin vous demandera se passer une échographie afin de vérifier la bonne place du DIU.  Une visite de contrôle reste à faire au bout de 3 mois pour s'assurer que le DIU est bien toléré.
Vous pouvez, les premiers mois à la fin des règles quand le col est bas, vérifier la présence des fils en insérant un doigt dans le vagin. Vous voilà parée pour 5 ans.


Pour terminer, voici une vidéo intéressante du Magazine de la santé .

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 15:19
Qu'est-ce qu'un DIU ?

stériletsAppelé à tord stérilet (il ne rend pas stérile), le DIU, dispositif intra-utérin est un moyen de contraception. En forme de "T" il se place dans l'utérus. Pour vérifier sa présence et faciliter son retrait, deux petits fils de nylon dépassent légèrement du col de l'utérus.
Il en existe deux sortes : en cuivre ou hormonaux.

Le DIU en cuivre

Ici, le "T" est recouvert de cuivre. C'est lui qui assure l'effet contraceptif en agissant comme spermicide. Ce type de DIU n'a donc aucune incidence sur le cycle naturel. Cependant, le cuivre peut jouer sur le volumle et la durée des règles. Il n'est pas rare, dans les premiers mois suivant la pose d'avoir des règles plus abondantes. Ce phénomène peut être régulé par la prise,à faible dose, d'anti-inflammatoire. Généralement tout rentre dans l'ordre au bout de quelques mois.

Le DIU hormonal Mirena

Ici, la branche vertical du "T" est un réservoir de lévonorgestrel, une hormone progestative qui agit à plusieurs niveaux :
- Elle épaissit les glaires cervicales qui forment alors une barrière et empêchent les spermatozoïdes de franchir le col de l'utérus.
- Elle diminue l'épaisseur de l'endomètre (muqueuse utérine), le rendant impropre à l'implantation d'un ovule. Cet amincissement de l'endomètre entraîne la diminution voire même la disparition des règles.

Les avantages du DIU

- Il est fiable a 99.4% et ce, indépendamment du rythme de vie.
- Il est confortable et on l'oublie. Une fois posé,plus besoin de s'en soucier, il peut rester en place jusqu'à 5 ans.
- Un DIU bien toléré nécessite un suivi minimal. Une simple visite de routine tous les ans et un frottis tous les 3 ans suffit.

Un DIU pour qui ?

En théorie, les DIU peuvent être proposés à toutes les femmes ayant accouché ou non.
Il existe cependant quelques contre indications définitives (malformation de l'utérus, fibrome, allergie au cuivre) et d'autres temporaires (accouchement très récent, infection en cours ou récente...). Pour plus d'information sur les contres indications vous pouvez aller faire un tour sur choisirsacontraception .
En pratique, cela peut devenir compliqué si on n'a pas eu d'enfant. Les DIU ont encore mauvaise réputation, à tord ! On les accuse encore de rendre stérile ou de donner des infections. Pourtant un rapport de l'HAS (Haute Autorité de Santé) publié en 2004 enonce que le DIU est une méthode de contraception de premier ordre et qu'il n'est pas seulement réservé aux femmes ayant accouché. Vous trouverez le rapport ici. Il faut donc persévérer dans votre choix si on vous le refuse pour cette raison.

Un DIU par qui ?

Un gynécologue ou un médecin généraliste est apte à vous le poser. Vous pouvez aussi vous adresser à un planning familial ou a un centre de planification et d'éducation familiale . Ils se doivent de vous recevoir ou de vous réorienter vers un confrère.
Si vraiment vous ne trouviez pas de praticien acceptant de vous poser un DIU (en dehors de contres indications majeures) vous pouvez passer par doctissimo. Quelques femmes tiennent une liste de gynécologues ou médecins généralistes qui posent des DIU aux femmes sans enfants.Le post est ancien mais régulièrement mis à jour, il vous suffit de leur adresser un message privé.

Comment se passe la pose ?

Vous trouverez la suite de cet article ici 


Source de l'article : Contraception mode d'emploi de Martin Winckler.



Partager cet article
Repost0
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 18:03
Avoir une contraception, ce n'est pas uniquement prendre la pilule.

Il existe de nombreuses autres méthodes ( DIU, anneau vaginal, implant, patch...). Chacune d'entre nous devrait pouvoir choisir LA contraception qui lui convient le mieux. Et ce choix devrait être aussi un moment d'échange entre la femme et son/sa gynécologue. Mais hélas, ce n'est pas systématique...


Après avoir lu le livre de Martin Winckler, le Choeur des femmes, j'ai eu envie de savoir comment chacune vivait sa contraception. J'ai abordé le sujet avec plusieurs amies et je m'attendais à un peu de gêne par rapport au sujet. Et pas du tout ! Bien au contraire ! Elles m'ont expliqué leur choix, ou leur absence de choix, leurs rapports avec leur gynéco. Et tout ça, le plus naturellement du monde. Je tiens à les en remercier !

Avec leur accord, j'ai recueilli leur témoignages. Je leur laisse la parole :

"J'ai déjà essayé des dizaines de pilules mais aucune ne me convient. Je ne supporte pas les hormones, elles me coupent totalement mes envies... C'est dur pour mon ami et moi. Je ne supporte plus qu'il me touche... Alors parfois, j'arrête la pilule et on utilise des préservatifs. On retrouve une vie de couple normale, c'est une bouffée d'oxygène ! J'écoute aussi mon corps et surveille ma température pour pouvoir faire l'amour sans risques, librement, à certains moments clés de mon cycle. Enfin... c'est ce que je croyais... Je viens de subir une IVG parce que nous ne nous sommes pas protégés à la fin de mes règles... Le médecin du planning familial m'a expliqué qu'une femme pouvait ovuler à n'importe quel moment de son cycle. Je lui ai donc fait part de mon soucis avec la pilule et elle m'a parlé du stérilet en cuivre. Pas d'hormones mais du cuivre qui joue le rôle de spermicide. J'en parle donc à mon gynéco qui me répond que ce n'est pas possible. Mais je n'ai pas d'explications... Je me retrouve au point de départ avec une ordonnance pour un nouvel essai pilule..."


"Premier amoureux, premiers câlins. Je voudrai me sentir vraiment protégée. C'est la première fois que je vais chez le gynéco, je suis un peu tendue... Il me pose tout un tas de questions sur mes antécédents médicaux, m'examine et fini par me prescrire une pilule. Le rendez-vous est terminé. Je n'ai pas eu le temps de lui poser mes questions. Il ne m'a pas expliqué comment la prendre, ni que faire si je l'oublie... A moi de me débrouiller..."


"Alors moi, je ne prends pas de contraceptif mais on utilise des préservatifs. En fait, j'ai essayé pas mal de pilules et à chaque fois je me sentais mal dans ma peau, j'avais l'impression d'empoisonner mon corps. On m'a proposé le stérilet mais je n'avais pas envie de ça. Je trouvais que ce serait plus encombrant. J'en avais marre de me prendre la tête pour un truc qui n'est même pas fiable à 100%. Et puis du haut de mes 28 ans, je suis devenue plus mature et capable d'assumer une grossesse si elle se présente. Donc voilà, quand on aura décidé d'avoir un enfant, je serai prête ! On sait quand il commence à être l'heure de materner !"


Encore une fois je les remercie pour leurs témoignages !

Et qu'en est-il pour moi ? A mon tour de me livrer :

J'ai pris la pilule pendant presque 2 ans et je suis arrivée à saturation.Je trouvais cette méthode contraignante, pas naturelle où le droit à l'erreur n'a pas lieu d'être.. J'ai eu envie d'essayer autre chose. Le stérilet en cuivre. C'est la méthode la plus naturelle selon moi. Pas d'hormones, un retour du cycle normal et tout ça sans avoir à m'en préoccuper ! Le parcours n'est pas aisé lorsqu'on a pas encore d'enfant mais il faut persévérer. C'est la 3ème gynécologue que je suis allée voir qui a accepté de me poser mon stérilet. Cela fait maintenant un peu plus d'un an que lui et moi on est inséparables. Et cette nouvelle gynéco est devenue ma gynéco.


Si vous voulez plus d'infos sur la contraception, vous pouvez aller faire un tour sur le site de Martin Winckler, c'est une mine d'information et c'est par ici !

Et si je vous laissai la parole ?
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Femin'hymne
  • : Femin'hymne est un blog dédié à la féminité. Vous y trouverez des portraits de femmes ayant marqué les esprits. Des articles sur l'intimité féminine. Des critiques de films, de livres parlant de femmes. Bienvenue dans cet univers.
  • Contact

Liens