Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 10:18

bureaux.jpg

Synopsis :

Djamila aimerait prendre la pilule parce que maintenant avec son copain c'est devenu sérieux. La mère de Zoé lui donne des préservatifs mais la traite de pute. Nedjma cache ses pilules au dehors, car sa mère fouille dans son sac. Hélène se trouve trop féconde. Clémence a peur. Adeline aurait aimé le garder, Margot aussi. Maria Angela aimerait savoir de qui elle est enceinte. Ana Maria a choisi l'amour et la liberté.
Anne, Denise, Marta, Yasmine, Milena sont les conseillères qui reçoivent, écoutent chacune se demander comment la liberté sexuelle est possible. Dans les bureaux de Dieu on rit, on pleure, on est débordées. On y danse, on y fume sur le balcon, on y vient, incognito, dire son histoire ordinaire ou hallucinante.


Bande annonce :


"Que le Planning soir un tel lieu, j'avais l'impression que personne ne s'en rendait compte. Et qu'au contraire les mots "planning", "familial", "IVG", "contraception", "HIV" fonctionnaient comme des paravents qui empêchaient de prendre la mesure humaine, légendaire de ce lieu. Dans ces bureaux en haut des immeubles, on pensait que des filles et des femmes s'occupaient avec ces mots. On se disait : affaire classée. Ca roule... La contraception, l'IVG, c'est simple... Ou bien on disait aussi "ces femmes-là"... Comme si au Planning ne venaient que des cas sociaux, comme si la question d'avoir un enfant ou pas, de faire l'amour ou pas ne se posait que dans les milieux "défavorisés. Comme si séparer la sexualité de la procréation ne nous concernait pas..." Claire Simon.

Un pari audacieux

Ici, nous oscillons sans cesse entre film et documentaire. Le film se découpe en plusieurs séances d'entretiens entre les jeunes femmes, les femmes et les conseillères du planning. Il n'y a donc pas une seule histoire mais une multitude.


Claire Simon a fait un pari audacieux lors du tournage du film : donner la parole à des femmes totalement inconnues, des femmes comme vous et moi. Et pour incarner les conseillères de grandes dames du 7ème art : Anne Alvaro, Nathalie Baye, Béatrice Dalle, Nicole Garcia etc... Pour ne pas trahir l'émotion de la première rencontre, chaque duo ne se rencontrait que pour tourner les entretiens. Nous assistons alors à des entrevues pleines de pudeur et de sincérité.


Revenons au coeur du film : les entretiens. On y aborde différents thèmes : les relations parent-ado, l'amour, la sexualité, le respect etc... On y parle aussi contraception et avortement. L'information autour de ces deux sujets est un des rôle clé du planning familial.

Mon avis

Ce qui m'a gêné c'est que nombreux sont les entretiens qui abordent l'avortement. Non pas que je sois contre l'IVG (interruption volontaire de grossesse) mais Claire Simon m'a donné l'impression de banaliser cet acte que je ne trouve pourtant pas anodin. Ici les conseillères abordent l'IVG seulement en considérant l'acte en lui même, en aidant les femmes dans leur démarche mais sans jamais évoquer l'après. Sans rebasculer sur le choix d'une contraception adaptée aux modes de vie et désirs de chacune.


Dans ces entretiens aussi on parle contraception et avortement mais on aborde très peu la protection contre les MST (maladies sexuellement transmissibles). Rappelons-le, le préservatif est le seul moyen de se protéger contre elles.


En conclusion, je dirai que mon engouement pour ce film s'est quelque peu amoindri même si dans son ensemble il est très instructif. Le planning familial est encore bien vivant et d'actualité.


Et pour terminer, vous trouverez l'avis bien tranché de Martin Winckler sur ce film ici.

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 17:33
le_choeur_des_femmes.jpgQuatrième de couverture

"Je m'appelle Jean Atwood. Je suis interne des hôpitaux et major de ma promo. Je me destine à la chirurgie gynécologique. Je vise un poste de chef de clinique dans le meilleur service de France. Mais on m'oblige, au préalable, à passer six mois dans une minuscule unité de "Médecine de la Femme", dirigée par un barbu mal dégrossi qui n'est même pas gynécologue mais généraliste ! S'il s'imagine que je vais passer six mois à son service, il se trompe lourdement. Qu'est-ce qu'il croit ? Qu'il va m'enseigner mon métier ? J'ai reçu une formation hors pair, je sais tout ce que doit savoir un gynécologue chirurgien pour opérer, réparer, reconstruire le corps féminin. Alors je ne peux pas - et je ne veux pas - perdre mon temps à écouter des bonnes femmes épancher leur coeur et raconter leur vie. Je ne vois vraiment pas ce qu'elles pourraient m'apprendre."


Martin Winckler en personne présente son livre
Une intrigue cousue de fil blanc

J'ai tout d'abord été impressionnée par le livre en lui même... C'est un pavé ! Ses 590 pages n'ont finalement pas fait long feu, je l'ai littéralement dévoré. Pourtant, l'histoire en elle-même, je ne l'ai pas trouvé transcendante. L'intrigue est cousue de fil blanc. Et une histoire de famille tirée par les cheveux et totalement superflue vient se greffer au récit. Selon moi, le livre aurait pu être amputé des 100 dernières pages.

Mais un discours fort

Pourquoi ai-je aimé ce livre alors, me direz-vous ?


Parce qu'il donne la parole aux femmes. Le récit est ponctué de chapitres où les femmes se livrent. Ce sont elles qui parlent de leurs petits tracas, de leurs interrogations, de leurs angoisses, de leurs envies de maternité ou au contraire de leur envie de se faire stériliser. Ce sont toutes ces voix qui s'élèvent en choeur qui donne, à mon sens, toute sa qualité au livre. Dans cette multitude de voix chacune de nous peut en trouver au moins une qui lui fait écho.


Parce qu'on apprend tout un tas de choses sur la contraception. Notamment que la meilleure est celle que l'on choisi. L'auteur, médecin, nous dresse une liste de toutes les alternatives à la pilule (DIU, implant, anneau vaginal, patch). Il nous explique aussi comment se passe un avortement ou la pose d'un stérilet. Tout cela avec des mots simples.


Parce qu'à travers ce livre, Martin Winkler nous rend notre dignité en tant que femme libre de disposer de son corps. Il nous incite à faire entendre notre voix quant à nos décisions car le choix d'un contraceptif devrait donner lieu à une discussion entre le praticien et la patiente.

Extrait

"- L'activité sexuelle des femmes ne nous regarde pas. Si elles l'abordent spontanément, libre à elles. Mais de quel droit devrions-nous d'emblée chercher à savoir avec qui elles baisent, à quelle fréquence et dans quelles positions ?
Je croise les bras. Il est gonflé !
- Il n'est pas question de ça ! Mais de savoir si elles... ont des relations, c'est... utile au diagnostic...
- Quel diagnostic ? Une femme qui demande la pilule n'est pas malade, elle veut se protéger. Si elle n'a pas déjà des rapports sexuels, c'est qu'elle a l'intention d'en avoir et veut éviter d'être enceinte. En quoi le fait de l'interroger sur ses rapports sexuels est-il pertinent ? [...] Alors n'évoquez pas des motifs à la con ! Quand une femme demande une contraception, c'est qu'elle en a besoin. Sa demande se suffit à elle-même."

Pour aller plus loin

Si vous êtes curieuse ou que vous vous posez des questions sur la contraception, le site de Martin Winckler est une vraie mine d'or. N'hésitez pas à y faire un tour.


Et pour continuer du côté littérature, deux autres romans sur le corps des femmes :

 

monologues
Les monologues du vagin

Eve Ensler
une critique

corps
Corps

Fabienne Jacob
une critique

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Femin'hymne
  • : Femin'hymne est un blog dédié à la féminité. Vous y trouverez des portraits de femmes ayant marqué les esprits. Des articles sur l'intimité féminine. Des critiques de films, de livres parlant de femmes. Bienvenue dans cet univers.
  • Contact

Liens